Annuaire > Coz Richard

Formation d’origine :
- Master I EEL (Espace et Environnements Littoraux (Univ. La Rochelle), 2005-06.
- Master I GIBV (Gestion Intégrée des Bassins Versants (Univ. Rennes 1), 2006-2007.
- Master II Recherche EDEL (Exploitation Durable des Ecosystèmes Littoraux (Univ. La Rochelle)), 2007-2008.
- Doctorat interdisciplinaire en écologie marine et géographie humaine : « Une approche interdisciplinaire de la pertinence et de la faisabilité d’une co-gestion de la pêche récréative sur l’île d’Oléron : l’étrille, Necora puber (Linnaeus, 1767), comme modèle biologique. »

Une approche interdisciplinaire de la pertinence et de la faisabilité d’une co-gestion de la pêche récréative sur l’île d’Oléron : l’étrille, Necora puber (Linnaeus, 1767), comme modèle biologique.

Mots clés : Necora puber, étrille, biologie et dynamique de population de décapodes, écosystèmes intertidaux de champs de blocs, co-gestion, système socio-écologique insulaire, impacts de la pêche récréative, pêche à pied, conflits d’usage, développement durable, approche interdisciplinarité, île d’Oléron, « crise des îles ».

Programme de rattachement : GIPREOL (Gestion Intégrée de Pratiques Récréatives sur les Estrans de l’île d’Oléron)

Responsables scientifiques :



Biologie de l’espèce Necora puber (Linnaeus, 1767) sur les côtes de Charente-Maritime. Etude et suivi de populations d’étrilles soumises à des pressions de pêche à pied sur les estrans oléronais. Evaluation du potentiel de co-gestion de la pratique par les acteurs concernés par la pêche récréative sur le territoire de l’île d ‘Oléron

L’ensemble de cette étude a été réalisée sur l’île d’Oléron au sein des équipes DYFEA (Dynamique Fonctionnelle des Ecosystèmes côtiers Anthropisés) et AGÎLE (Approche Géographique : Iles, Littoraux, Environnement) du laboratoire LIENSs en étroite collaboration avec l’association IODDE (Ile d’Oléron Développement Durable et Environnement – CPIE Marennes-Oléron).

Les hominidés, un goût ancestral pour l’iode : la pêche à pied était, avant d’être une activité de loisir, une pêche de subsistance déjà réalisée par Néandertal (Barton et al., 1999 ; Richards et Trinkaus, 2009). Les côtes peuvent être considérées comme des corridors linéaires qui, selon certains auteurs, ont joué un rôle majeur dans la dispersion des premiers hommes modernes en dehors de l’Afrique (Stringer, 2000). En effet, les conditions d’aridité au niveau du Nord-Est de l’Afrique lors de la pénultième glaciation et de la dernière période interglaciaire, associées avec une faible compétition avec les autres mammifères terrestres sur les littoraux, auraient rendu ces zones attractives pour les hominidés (e.g. Jerardino, 1997 ; Mannino et Thomas, 2001 ; Erlandson et al., 2008, 2009 ; Steele et al., 2009, Walter et al., 2000). Cette adaptation des hommes aux milieux côtiers (-164000 années ± 12000 (Marean et al., 2007 ; Jerardino et Marean, 2010) est à l’origine des plus anciens impacts écologiques anthropiques enregistrés, ceux-ci occasionnant une alternance entre épuisement de la ressource et expansion des hominidés (Mannino et Thomas, 2002).
Sur l’île d’Oléron, la présence d’un site préhistorique à Saint-Denis d’Oléron où un nombre important de patelles de grandes tailles et d’ormeaux (ces derniers sont dorénavant absent de l’île) atteste, malgré l’absence d’une stratigraphie précise, l’existence d’une consommation de ces organismes par les peuplades locales entre le néolithique moyen et l’âge de bronze final (Tardy et al., 1969).
L’impact de la pêche de loisir a longtemps été considérée comme anecdotique en comparaison des prélèvements effectués par la pêche professionnelle (artisanale/industrielle). Néanmoins des publications récentes (e.g . Coleman et al., 2004 ; Cooke et Cowx, 2004) estiment à environ 10 % la place de cette activité dans les débarquements mondiaux. Cette pêche est principalement réalisée à proximité des côtes, zones privilégiées par certaines espèces marines pour leur reproduction et leurs premiers stades de vie, et est, en outre, peu gérée au regard de la pêche professionnelle.
En ce qui concerne l’activité de pêche récréative les impacts peuvent être de différentes natures :
- Les impacts directs relatifs aux prélèvements des individus. Ils peuvent engendrer de nombreuses conséquences : une perte de résilience des stocks, une diminution de la taille moyenne des spécimens, un changement du sex-ratio, une perte de diversité génétique, une sélections des comportements les moins vulnérables aux pratiques de pêche, etc. (e.g. Alverson et al., 1994 ; Roy et al., 2003 ; Lewin et al., 2006 ; Jørgensen et al., 2007 ; Kuparinen et Merilä, 2007 ; Fenberg et Roy, 2008 ; Uusi-Heikkilä et al., 2008 ; Lambert, 2011).
- Les impacts indirects relatifs à la dégradation du milieu et des espèces associées par différentes perturbations telles que le piétinement, le retournement des roches, la déstratification des couches sablo-vaseuses, les pollutions, etc. (e.g. Kingsford et al., 1991 ; Underwood, 1993 ; Keough et Quinn, 1998 ; Mc Phee et al., 2002 ; Lewin et al., 2006 ; Rossi et al., 2007 ; Bernard, 2012 ; Le Duigou et al., 2012).
A terme ces pressions anthropiques peuvent modifier profondément les écosystèmes en déséquilibrant les réseaux trophiques (Durán et Castilla, 1989 ; Lindberg et al., 1998 ; Castilla, 1999).
Ainsi, l’ensemble de ces raisons souligne l’importance d’améliorer la gestion de cette activité. L’ampleur et la complexité des paramètres à prendre en compte (biologique, géographique, socio-économique, socio-culturel…) afin d’établir des processus de gestion adaptés en fait un axe de recherche pluridisciplinaire (Castilla, 1999 ; Arlinghaus et al., 2010).
De ce constat, l’interdisciplinarité inscrite au sein du programme de recherche de l’ANR GIPREOL, à l’instar du travail doctoral réalisé, est une approche pertinente pour l’étude de ces pratiques. Ce sujet de doctorat s’intéressait aux caractéristiques à la fois biologiques et de géographie humaine de la pêche à pied récréative à l’étrille, Necora puber (Linnaeus, 1767). Il était organisé autours de deux volets principaux : la connaissance de la biologie de l’espèce et les impacts de la pratique sur la dynamique de population ainsi que la connaissance et la compréhension des jeux d’acteurs (pratiquants et gestionnaires) de l’île d’Oléron. Les enjeux scientifiques étaient donc à la fois spécifiques à des disciplines mais aussi relatifs à l’intégration interdisciplinaire qui pouvait en être faite.



Principaux résultats du travail doctoral :
 Les études menées sur la biologie de l’espèce, Necora puber (Fig. 1), montrent une dynamique intertidale élevée qui se traduit par de fortes variations saisonnières des abondances relatives (suivi mensuel par capture par unité d’effort) mais aussi à l’échelle circatidal (expérience de capture-marquage recapture menée sur sept jours consécutifs). La pression de pêche à pied récréative à court terme, i.e. une période de vives-eaux, est significative entrainant une baisse des abondances des individus consommables. Malgré tout, par le biais d’une comparaison avec une zone de réserve, la pression de pêche ne semble pas engendrer une modification du schéma générale des migrations saisonnières. Cependant, il existe des différences nettes dans les taux de disparitions annuelles (mortalité + émigration) calculés entre la zone impactée et la zone de réserve. De plus, il semble que le sex-ratio puisse être modifié en faveur des mâles sous l’effet des perturbations relatives à la pêche à pied. Les études menées ont aussi permis de déterminer les tailles à maturités sexuelles, la fécondité et les périodes de reproduction et de phase larvaire dans la colonne d’eau de l’espèce dans les pertuis charentais. L’ensemble des résultats obtenus en biologie et en écologie mettent en évidence des caractéristiques qui semblent indiquer un faible impact potentiel à court comme à long termes de ces perturbations ponctuelles sur les populations locales. Néanmoins, l’impact du retournement de roches, pratique de pêche nécessaire au prélèvement des individus, montre des résultats significatifs (Bernard, 2012 ; Le Duigou et al., 2012), qui doivent être pris en compte dans la gestion de l’activité.
 En France, les défauts de gouvernance de l’État dans la gestion du domaine public maritime (DPM) invitent à s’interroger sur la pertinence et la faisabilité d’une co-gestion de ces pratiques de loisir. Ce paradigme, se voulant une alternative à une gestion top-down, prône la participation accrue des populations locales dans la gestion de l’environnement pour améliorer ses résultats (e.g. Nielsen et al., (2004) ; Carlsson et Berkes, 2005). Les questionnaires réalisés auprès des pêcheurs à pied et des plaisanciers confirment et étayent la typologie établie par Mossot (2009) et Mossot et Duvat (2011). Ils permettent d’affirmer que les plaisanciers pourraient être des acteurs potentiellement réceptifs et mobilisables dans un processus de co-gestion. En effet, leur lien étroit avec le territoire oléronais et les territoires maritimes de manière générale, leurs pratiques de pêches multiples ainsi que leur affiliation régulière à des associations et donc la présence de représentants (quasiment absents chez les pêcheurs à pied exclusifs) sont des atouts majeurs pour leur participation à une co-gestion des ressources intertidales. Néanmoins, ils demeurent une population avec un fort caractère et présentant parfois une certaine défiance vis-à-vis des scientifiques, des gestionnaires comme des élus. De ce fait, seuls des projets à long terme, en concertation avec eux, peuvent amener à leur complète et rationnelle participation au sein de tel mode de gestion, que ceux-ci se traduisent par de la sensibilisation, de l’éducation, de la science participative et/ou des réunions avec les décideurs et les gestionnaires. Ce constat est bien illustré, par l’approbation reçue lors d’une réunion publique pour le renouvellement de la zone de réserve de Chassiron malgré des débuts discordants. En ce qui concerne les acteurs locaux impliqués dans la gestion de la pêche récréative, les résultats indiquent que, même si l’État demeure le seul et unique gestionnaire légal de ces activités, les manques de moyen des institutions responsables de la gestion des zones intertidales amènent d’autres acteurs (élus, associations) à palier à ces défauts de gestion. Ainsi, ces acteurs développent des compétences qui ne sont pas nécessairement relatives à leur rôle initial. Au regard de la co-gestion, même si le comité de gestion des espaces naturels de l’île mis en place récemment par la communauté de communes a pour objectif d’améliorer la communication entre différents organismes gestionnaires de l’environnement, il ne donne pour l’instant aucune place aux représentants des pêcheurs récréatifs. Finalement, d’un point de vue sociétal, la pertinence d’une co-gestion de la pêche récréative est clairement établie par les nombreux conflits d’usages impliquant les pêcheurs récréatifs, le manque de moyens pour gérer la pratique et acquérir des données scientifiques, le manque de concertation, etc. La co-gestion est un processus long et itératif qui nécessite des aménagements institutionnels et des changements de perception des individus et de la société (Berkes, 2009). Par conséquent, au vu de l’historique du développement du territoire oléronais et les initiatives locales depuis les années 1990, à l’instar des conflits d’usages soutiennent l’idée de l’existence d’une « fenêtre politique » pouvant permettre la mise en place d’une co-gestion de la pratique dans les prochaines années, sous réserve d’une communication suffisante et d’une réelle volonté des acteurs concernés par la gestion de la pratique (Fig. 2).

JPEG - 875.1 ko

Bibliographie citée :

  • Alverson, D. L., Freeberg, M. H., Murawski, S. A. et Pope, J. (1994). A global assessment of fisheries bycatch and discards, t. 339 de FAO Fisheries technical paper. FAO, Rome. ISBN 92-5-103555-5.
  • Arlinghaus, R., Cooke, S. J. et Cowx, I. G. (2010). Providing context to the global code of practice for recreational fisheries. Fisheries Management and Ecology, 17(2):146–156.
  • Barton, R. N. E., Currant, A. P., Fernandez-Jalvo, Y., Finlayson, J. C., Goldberg, P., MacPhail, R., Pettitt, P. B. et Stringer, C. B. (1999). Gibraltar neanderthals and results of recent excavations in gorham’s, vanguard and ibex caves. Antiquity, 73(279):13–23.
  • Berkes, F. (2009). Evolution of co-management : Role of knowledge generation, bridging organizations and social learning. Journal of Environmental Management, 90(5):1692–1702.
  • Bernard, M. (2012). Les habitats rocheux intertidaux sous l’influence d’activités anthropiques : structure, dynamique et enjeux de conservation. Thèse de doctorat, Institut universitaire européen de la mer - Université de Bretagne Occidentale, Brest.
  • Carlsson, L. et Berkes, F. (2005). Co-management : concepts and methodological implications. Journal of Environmental Management, 75(1) :65–76.
  • Castilla, J. C. (1999). Coastal marine communities : trends and perspectives from human exclusion experiments. Trends in Ecology & Evolution, 14(7) :280–283.
    Coleman, F. C., Figueira, W. F., Ueland, J. S. et Crowder, L. B. (2004). The impact of united states recreational fisheries on marine fish populations. Science, 305(5692):1958–1960.
  • Cooke, S. J. et Cowx, I. G. (2004). The role of recreational fishing in global fish crises. BioScience, 54(9):857.
  • Durán, L. R. et Castilla, J. C. (1989). Variation and persistence of the middle rocky intertidal community of central chile, with and without human harvesting. Marine Biology, 103(4):555–562.
  • Erlandson, J. M., Rick, T. C., Braje, T. J., Steinberg, A. et Vellanoweth, R. L. (2008). Human impacts on ancient shellfish : a 10,000 year record from san miguel island, california. Journal of Archaeological Science, 35(8):2144–2152.
  • Erlandson, J. M., Rick, T. C. et Braje, T. J. (2009). Fishing up the food web ? : 12,000 years of maritime subsistence and adaptive adjustments on california’s channel islands. Pacific Science, 63(4):711–724.
  • Fenberg, P. B. et Roy, K. (2008). Ecological and evolutionary consequences of size-selective harvesting : how much do we know ? Molecular Ecology, 17(1):209–220.
    Jerardino, A. (1997). Changes in shellfish species composition and mean shell size from a late-holocene record of the west coast of southern Africa. Journal of Archaeological Science, 24(11):1031–1044.
  • Jørgensen, C., Enberg, K., Dunlop, E. S., Arlinghaus, R., Boukal, D. S., Brander, K., Ernande, B., Gårdmark, A. G., Johnston, F., Matsumura, S., Pardoe, H., Raab, K., Silva, A., Vainikka, A., Dieckmann, U., Heino, M. et Rijnsdorp, A. D. (2007). Ecology managing evolving fish stocks. Science, 318(5854):1247 –1248.
  • Keough, M. J. et Quinn, G. P. (1998). Effects of periodic disturbances from trampling on rocky intertidal algal beds. Ecological applications, 8(1):141–161.
  • Kingsford, M. J., Underwood, A. J. et Kennelly, S. J. (1991). Humans as predators on rocky reefs in new south wales, australia. Marine ecology progress series, 72(102):1–14.
  • Kuparinen, A. et Merilä, J. (2007). Detecting and managing fisheries-induced evolution. Trends in Ecology & Evolution, 22(12):652–659.
  • Le Duigou, M., Pigeot, J., Grall, J., Radenac, G., Guyot, T., Bréret, M., Pineau, P., -Lachaussée, N. et Fichet, D. (2012). Synthèse du programme ANR-08-STRA-08 GIPREOL- tâche 2. Rap. tech., LIENSs, La Rochelle.
  • Lewin, W.-C., Arlinghaus, R. et Mehner, T. (2006). Documented and potential biological impacts of recreational fishing : Insights for management and conservation. Reviews in Fisheries Science, 14(4):305–367.
  • Lindberg, D. R., Estes, J. A. et Warheit, K. I. (1998). Human influences on trophic cascades along rocky shores. Ecological applications, 8(3):880–890.
    Mc Phee, D., Leadbitter, D. et Skilleter, G. A. (2002). Swallowing the bait : Is recreational fishing in australia ecologically sustainable ? Pacific Conservation Biology, 8(1):40–51.
  • Mossot, G. (2009). Caractérisation de la pratique de loisirs et de ses pratiquants en vue de l’instauration de pratiques durables sur les estrans rocheux de l’île d’Oléron. Rap. tech., LIENSs.
  • Mossot, G. et Duvat, V. (2011). The inclusion of social data in integrated management of recreational activities : the example of crab gathering on Oléron island (France). Dans Technologies and tools for coastal adaptation. CoastNet, London.
  • Nielsen, J. R., Degnbol, P., Viswanathan, K., Ahmed, M., Hara, M. et Abdullah, N. M. R. (2004). Fisheries co-management — an institutional innovation ? lessons from south east asia and southern africa. Marine Policy, 28(2):151–160.
  • Mannino, M. A. et Thomas, K. D. (2001). Intensive mesolithic exploitation of coastal resources ? evidence from a shell deposit on the isle of portland (southern england) for the impact of human foraging on populations of intertidal rocky shore molluscs. Journal of Archaeological Science, 28(10):1101–1114.
  • Mannino, M. A. et Thomas, K. D. (2002). Depletion of a resource ? the impact of prehistorichuman foraging on intertidal mollusc communities and its significance for human settlement, mobility and dispersal. World Archaeology, 33(3):452–474.
    Richards, M. P. et Trinkaus, E. (2009). Isotopic evidence for the diets of european Neanderthals and early modern humans. Proceedings of the National Academy of Sciences, 106(38):16034–16039.
  • Rossi, F., Forster, R., Montserrat, F., Ponti, M., Terlizzi, A., Ysebaert, T. et Middelburg, J. (2007). Human trampling as short-term disturbance on intertidal mudflats : effects on macrofauna biodiversity and population dynamics of bivalves. Marine Biology, 151(6):2077–2090.
  • Roy, K., Collins, A. G., Becker, B. J., Begovic, E. et Engle, J. M. (2003). Anthropogenic impacts and historical decline in body size of rocky intertidal gastropods in southern california. Ecology Letters, 6(3):205–211.
    Steele, T. E., Klein, R. G., Hublin, J.-J. et Richards, M. P. (2009). The evolution of hominin diets. Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology, p. 113–126. Springer Netherlands. ISBN 978-1-4020-9699-0.
  • Stringer, C. (2000). Palaeoanthropology : Coasting out of africa. Nature, 405(6782) :24–27.
  • Tardy, P., Mohen, J. P. et Joussaume, R. (1969). Préhistoire à saint-denis-d’Oléron (charente-maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, 66(1) :457–469.
    Underwood, A. J. (1993). Exploitation of species on the rocky coast of new south wales (australia) and options for its management. Ocean & Coastal Management, 20(1):41–62.
  • Uusi-Heikkilä, S., Wolter, C., Klefoth, T. et Arlinghaus, R. (2008). A behavioral perspective on fishing-induced evolution. Trends in Ecology & Evolution, 23(8):419–421.
  • Walter, R. C., Buffler, R. T., Bruggemann, J. H., Guillaume, M. M. M., Berhe, S. M., Negassi, B., Libsekal, Y., Cheng, H., Edwards, R. L., von Cosel, R., Neraudeau, D. et Gagnon, M. (2000). Early human occupation of the red sea coast of eritrea during the last interglacial. Nature, 405(6782):65–69.

Principales collaborations :

  • Jacques Pigeot, Collaborateur scientifique
  • Jean-Baptiste Bonnin, Coordinateur IODDE (île d’Oléron Développement Durable et Environnement)

  • Publications :
  • Coz R., Do Nascimento J., Dezelu M., Blanchard G., Radenac G. (2014 Soumis). Fishing efficiency and standardization of capture per unit effort by hand collecting : example of a fished intertidal population of velvet swimming crabs, Necora puber (Lineaus, 1767).
  • Coz R., Ouisse V., Artero C., Carpentier A., Crave A., Olivier J.-M., Feunteun E., Perrin B., Ysnel F. (2012). Development of a new standardised method for sustainable monitoring of the vulnerable pink sea fan Eunicella verrucosa. Marine biology. DOI 10.1007/s00227-012 1908-7

Communications :

  • Coz R., Fichet D., Bonnin J. B., Pigeot J., Radenac G., Blanchard G. (2011). What are the potential benefits of a small scale intertidal protected area on a species targeted by shellfish gathering ? 2nd International Symposium on Integrated Coastal-zone Management (I.C.Z.M.). Institute of Marine Research. Arendal, Norway. First price of student posters. Poster (3-7 Juil. 2011).
  • Coz. R. (2010). Effet réserve de la concession scientifique : exemple de l’étrille sur l’île d’Oléron, Necora puber (Linnaeus, 1767). Une espèce exploitée par la pêche à pied. Colloque des AMP-PNM des Pertuis Charentais et de l’Estuaire de la Gironde. Royan, France. Communication orale (28-29 Oct. 2010).
  • Coz R. Radenac G. (2010). Intertidal population dynamics and impact due to shellfish gathering on Necora puber on Oléron island (France). European Marine Biology 45th Symposium. School of Life Sciences, Heriot-Watt University. Edinburgh, U.K.. Communication orale (23-27 Aout 2010).

Activités d’enseignement :

  • Enseignant vacataire, Université de La Rochelle, France, 29h équivalent TD. Biologie des invertébrés (L2), Planète bleue (L1), Océanographie (M1) et Sédimentologie (M1) (Oct. 2009 – Juin 2010).
  • Co-encadrement d’étudiants de Master 2 lors de leur stage de terrain relatif aux populations d’étrilles de l’île d’Oléron (Université de La Rochelle) (sept. 2008 à sept. 2011).

  • Vie universitaire :
  • Élu au conseil scientifique de l’université de La Rochelle, collège des usagers (Avr. 2011-12).
  • Élu au conseil du pôle science et technologie de l’université de La Rochelle (collège des
    usagers) et membre de la commission recherche du pôle science et technologie (Avr. 2011-Mars 2013).
  • Élu au conseil du laboratoire LIENSs, Littoral Environnement et Sociétés, U.M.R. 7266
    (Univ. La Rochelle/C.N.R.S.) (Janv. 2012-Sept. 2013).