Annuaire > Gravelle Médéric, IR

Ingénieur de Recherche CNRS
Formation d’origine :
Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG), master Photogrammétrie, Positionnement et Mesures des Déformations (PPMD), spécialisation Géodésie

Mots clés : Analyses GPS, marégraphie, mouvements verticaux, variations du niveau marin

Responsable scientifique :
Guy Wöppelmann, Professeur Université de La Rochelle (LIENSs UMR 7266)



Développement de l’infrastructure de recherche SONEL basée sur l’observation des marégraphes
JPEG - 37.5 ko
L’infrastructure SONEL www.sonel.org a pour objectif de rassembler et diffuser des observations du niveau marin à la côte enregistrées par des marégraphes. Ces enregistrements marégraphiques sont affectés par les mouvements verticaux que subit la croûte terrestre sur laquelle est implanté l’appareil. La connaissance de ces mouvements verticaux peut être acquise grâce aux observations de stations GPS proches des marégraphes. C’est pourquoi l’un des objectifs de SONEL est de rassembler, diffuser et traiter ces observations, en fournissant des solutions GPS sous forme de séries temporelles de positions hebdomadaires et de vitesses calculées par le centre d’analyse ULR. La dernière solution ULR (ULR5), intégrant un nombre de stations plus important sur une plus longue période que la solution précédente, a été publiée en 2012.
PNG - 181 ko
Champ de vitesses GPS verticales ULR5

La connaissance précise de ces mouvements verticaux aux marégraphes pourra être utile dans une étude future consistant à déterminer la contribution de la fonte des glaces aux Groenland dans la montée du niveau des mers à partir des empreintes des tendances séculaires du niveau de la mer (« fingerprints »).
La figure ci-dessous montre l’empreinte spatiale de la fonte de glace du Groenland équivalente à 1 mm/an d’eau à la surface des océans. Cette distribution est non uniforme en raison des effets gravitationnels de redistribution des masses.
Source : Mitrovica et al., 2001, dans la revue Nature
Source : Mitrovica et al., 2001, dans la revue Nature



Principales collaborations :
  • Álvaro Santamaría Gómez, Instituto Geográfico Nacional de España

Publications :