Annuaire > Pante Eric

Post-doctorat 2011/2013
Ph.D. 2006-2011, Environmental and Evolutionary Biology, University of Louisiana at Lafayette (USA)

Formation d’origine :
MS Marine Biology, College of Charleston, SC (USA) ; BS Marine Biology, College of Charleston, SC (USA)

Directeur de thèse :
Scott C. France
Responsable scientifiques du post-doctorat :

  • Pascale Garcia, Enseignant-chercheur, Professeur, Université de La Rochelle

Financement du post-doctorat :
Financement du post-doctorat :
Contrat Projet Etat-Région (CPER), Projet ANR Hi-Flo et HySea


JPEG - 88.4 ko


Bases génétiques du potentiel adaptatif de Macoma balthica
L’analyse et la compréhension des mécanismes adaptatifs des organismes marins sont aujourd’hui essentiels dans un contexte environnemental anthropisé, fragmenté et soumis à un changement climatique dont la rapidité est sans précédent. En écologie, pour appréhender les processus d’adaptation locale, l’étude des zones de contact entre taxons proches est une approche privilégiée, puisque dans ces régions vont se mettre en place des processus d’isolement reproducteur limitant les échanges génétiques et susceptibles d’aboutir à la spéciation. Ainsi, ces zones d’hybridation se maintiennent par des états de maladaptation des génotypes hybrides liée à des incompatibilités génétiques endogènes ou exogènes. En générant de nouvelles solutions évolutives par la mise en commun de fonds génétiques plus ou moins différenciés, en conférant une valeur adaptative aux hybrides dans des habitats particuliers susceptibles même d’aboutir à l’émergence de nouvelles espèces, les zones hybrides se placent au cœur de l’étude des mécanismes qui génèrent et maintiennent la biodiversité. Leur surveillance et leur protection sont donc d’un intérêt fondamental en terme de conservation.

Dans ce contexte, le bivalve Macoma balthica s’impose comme modèle d’étude. Cette espèce, qui peuple les milieux sablo-vaseux intertidaux et subtidaux de l’ensemble des littoraux de l’hémisphère nord, occupe une place stratégique dans le réseau trophique, et semble être d’ores et déjà affectée par les changements globaux contemporains puisque son aire de répartition se rétracte vers le Nord en parallèle du réchauffement des eaux de surface dans le golfe de Gascogne. Ainsi, autrefois située en Espagne, la limite sud de l’aire de répartition se trouve désormais dans l’estuaire de la Gironde. Nos travaux ont récemment mis en évidence que cette zone est à la confluence de différents stocks génétiques, ce qui présuppose la mise en place d’une zone hybride. M. balthica nous offre donc une opportunité unique d’étudier l’évolution d’une zone hybride en temps réel dans un contexte de changement climatique.


JPEG - 225.1 ko
Résultats des analyses Bayésiennes de regroupement de populations de Macoma balthica faits à partir de données nucléaires (gauche) et mitochondriales (droite). Les échelles à droite montrent les proportions d’appartenance à un ancètre commun (ou niveaux d’admixture) pour chaque groupe. Source :Becquet , Simon-Bouhet , Pante, Hummel et Garcia, 2012

Principales collaborations :
- Nicolas Bierne, ISEM, U Montpellier II
- Phil Dustan, College of Charleston, USA
- Scott France, U Louisiana at Lafayette, USA
- Derek Johnson, Virginia Commonwealth U, USA
- Sarah Samadi, IRD / MNHN, Paris
- Les Watling, U Hawaii, USA

Liste des publications :

Articles de vulgarisation :

  • Pante E, France SC (2009) Randonnée au fond des océans : l’exploration des monts sous-marins. Le Courrier de la Nature 247 : 34-41
  • Viricel A and Pante E (2007) Utiliser la génétique pour mieux décrire, comprendre et protéger la nature. Le Courrier de la Nature 235 : 22-27

voir aussi :
Journal club de biologie moléculaire : un site d’échanges et de débats autour d’articles consacrés à la biologie moléculaire, initié par des chercheurs de LIENSs