Annuaire > Van der Heijden Luuk

This article is availabie in English

Thèse de doctorat (2015-2018)
Ecole doctorale Sciences pour l’Environnement « Gay Lussac », Université de La Rochelle
Formation d’origine :
Master Recherche « Biomarine Science and Palaeoecology », Université d’Utrecht, Pays-Bas, 2012-2014

(2015-2018) Rôle de la méiofaune dans le fonctionnement des habitats côtiers à substrat meuble

Mots clés : réseaux trophiques, modélisation, écosystèmes côtiers, flux de matière organique, isotopes stables, acides gras, méiofaune
Responsables scientifiques :
-  Benoit LEBRETON, Maître de conférences, CNRS - Université de La Rochelle, LIENSs UMR 7266, France
-  Harald ASMUS , Chercheur, Alfred Wegener Institute – Helmholtz Centre for Polar and Marine Research – Wadden Sea Station Sylt, Allemagne
Financement : Contrat doctoral, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), France



Rôle de la méiofaune dans le fonctionnement des habitats côtiers à substrat meuble
L’objectif général de ce travail de thèse sera de déterminer comment les changements des propriétés des sources trophiques affectent les flux de matière organique dans les habitats côtiers à substrat meuble. Une attention plus particulière portera sur les relations trophiques entre les sources de nourriture (i.e., microalgues benthiques, matière détritique…) et les consommateurs appartenant à la méiofaune. Pour ce faire, différentes baies et différents habitats, caractérisés par des pools différents de sources trophiques, seront comparés. Deux baies seront étudiées : la baie de Marennes-Oléron, dominée par les vasières, et la baie de Sylt-Rømø, dominée par les zones à sables. Au sein de ces baies, les habitats étudiés seront : une vasière (habitat dominé par les diatomées épipéliques), une zone à sables (habitat dominé par les diatomées épipsammiques), un herbier (habitat présentant un mélange de diatomées épipéliques et épipsammiques, ainsi que de grandes quantités de matière détritique). De nombreuses études ont été réalisées sur le fonctionnement des écosystèmes de ces deux baies.
Ainsi, le fonctionnement du réseau trophique de la baie de Marennes-Oléron et la baie de Sylt-Rømø a déjà été modélisé. Les résultats obtenus dans le cadre de cette thèse seront intégrés dans ces modèles, ce qui permettra de préciser les connaissances sur le rôle de la méiofaune dans le fonctionnement des réseaux trophiques dans les écosystèmes côtiers à substrat meuble.
A terme, ce projet de thèse permettra de déterminer quels sont les gains ou les pertes de fonctions écologiques fournies par la méiofaune en cas de changement de typologie sédimentaire (sables vers vases ou vice versa).
JPEG - 70.3 ko
Seagrass bed in Marennes-Oleron


Principales collaborations :
  • Collaboration locale : Denis Fichet, Maître de conférences, Université de La Rochelle, LIENSs UMR 7266, France
  • Collaboration nationale : Jadwiga Rzeznik-Orignac, Maître de conférences, Université Pierre et Marie Curie, LECOB UMR 8222, Banyuls-sur-Mer, France
  • Collaboration nationale : Nathalie Niquil, Directrice de recherche, CNRS, BOREA UMR 7208, Caen, France
  • Collaboration internationale : Ragnhild Asmus, Chercheur, Alfred Wegener Institute – Helmholtz Centre for Polar and Marine Research – Wadden Sea Station Sylt, Allemagne

Publications :

  • van der Heijden, L. H., and Kamenos, N. A. : Reviews and syntheses : Calculating the global contribution of coralline algae to total carbon burial, Biogeosciences, 12, 6429-6441, doi:10.5194/bg-12-6429-2015, 2015.