Romanteau Mathilde

Thèse de doctorat (2020-2023)
Ecole doctorale de l’Université de La Rochelle
Formation d’origine :
Ecole d’ingénieur, filière Génie de l’Eau et Master Hydroprotech (Gestion de projets hydrotechnologiques et environnementaux) 2017-2020.

(2020-2023) Dans quelle mesure l’élévation du niveau de la mer est-elle prévisible dans les régions deltaïques ?

Mots clés : niveau marin, changement climatique, Baie du Bengal, onde de marée, delta
Responsables scientifiques :
-  Mélanie Becker, Directrice de recherche CNRS, LIENSs UMR 7266
-  Mikhail Karpytchev, Chercheur, LIENSs UMR 7266
Financement : Allocation du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche



Dans quelle mesure l’élévation du niveau de la mer est-elle prévisible dans les régions deltaïques ?
Le delta du Gange-Brahmapoutre-Meghna est une zone particulièrement vulnérable à la montée du niveau de la mer, par la densité de population qui y vit et le peu de moyen de protection actuellement mis en place. L’étude de l’élévation du niveau de la mer et de sa prévision dans cette zone pourrait permettre une meilleure gestion des inondations. L’analyse des événements extrêmes, tels que les cyclones, ajoute des éléments dans la prévision du niveau marin et met en relation la fréquence de ces événements avec la montée des eaux. De plus, les séries temporelles de hauteurs d’eau permettent ensuite d’étudier la marée astronomique prévisible et la partie liée aux événements climatiques comme le vent. L’onde de marée, quant à elle, permettra d’extraire les composantes liées par exemple au type de marée semi-diurne que l’on retrouve dans la Baie du Bengal, et d’observer leur évolution dans le temps. Les phénomènes comme El Niño/La Niña et le dipôle de l’océan Indien (IOD) participent également aux variations du niveau de la mer et seront pris en compte dans les prévisions.