Équipe AGÎLE > Axe 3 : Gouvernance et stratégies d’acteurs sur les littoraux

(resp. P. MARTY)

Cet axe de recherche est transversal aux deux premiers axes de recherche de l’équipe AGILE et permet de se focaliser sur des thèmes précis comme la gestion du risque, la qualité des espaces et les périmètres et stratégies de gestion.

1. Gestion des risques liés à la mer

La question de la gestion des risques liés à la mer par les acteurs et les populations, et de la capacité d’adaptation des sociétés à ces risques dans le contexte du changement climatique est traitée dans les milieux tempérés (Charente-Maritime) et dans la zone intertropicale (Outre-mer français et Kiribati).
Il s’agit d’une part, d’identifier les facteurs du risque et de comprendre comment ils s’articulent afin de définir des situations et des territoires du risque, et d’autre part, de mettre au point des indicateurs de vulnérabilité dans une perspective d’aide à la décision. Ces recherches s’inscrivent dans une perspective historique là où les évolutions récentes des aléas, de l’occupation des sols, des sociétés et de l’environnement ont modifié l’ampleur des risques. Ce volet historique sera également utile pour comprendre les fondements de l’adaptation des sociétés et pour tenter d’évaluer leur capacité d’adaptation aux risques liés à la mer et aux évolutions environnementales à attendre du changement climatique.
Des programmes de recherches sont associés à cet axe :
- REOMERS
- RISKS
- Vulnerare
- ICCOMERS

JPEG - 97.4 ko
Ouvrages de défense à Buota, atoll de Tarawa

2. Attractivité et qualité des espaces littoraux

Cet axe de recherche comprend deux volets, relatifs à l’attractivité du littoral et à sa qualité, qui sont traités à la fois séparément et sur la base d’approches croisées.
Si l’attractivité du littoral est un fait social en ce qu’elle est la traduction dans l’espace d’un système de valeurs, elle constitue également un projet politique porté par les acteurs divers, publics comme privés. Le renforcement de l’attractivité des territoires est inscrit dans la plupart des politiques publiques et se traduit par des mobilités diverses qui se lisent dans l’évolution des villes et des formes de résidentialité littorale ainsi que dans la fréquentation des plages, en particulier. L’objectif est ici d’une part, d’analyser les politiques des acteurs afin de voir en quoi elles influent sur la qualité des lieux, en les mettant en relation avec les pratiques et les attentes des résidents et des touristes, d’autre part, de voir en quoi l’attractivité des lieux influe sur leur qualité. Ces recherches s’appuieront sur l’Observatoire des Pratiques de tourisme et de loisir.
Des travaux d’évaluation de la qualité du littoral, qui intègrent à la fois la qualité « objective » (notamment environnementale, sur la base d’indicateurs d’état) et la qualité « subjective » (qualité de l’expérience touristique, attractivité des plages, par ex.) sont réalisés. Ils visent à soutenir les acteurs dans la mise en œuvre de politiques publiques de qualité des plages.
Des programmes de recherche sont associés à cet axe :
- Qualiplages
- CPER 2007-2013

3. Périmètre de gestion et stratégies d’acteurs

S’agissant de la conservation de la diversité biologique, la dynamique écologique et humaine des habitats côtiers (Carleton Ray, 1991) est un enjeu de premier plan (Brooks et al., 2006). Dans ce contexte, le premier objectif est d’étudier les enjeux et les dispositifs de conservation de la biodiversité, et en particulier d’analyser la mise en œuvre de la Directive habitats et du réseau Natura 2000 en milieu littoral et de réfléchir aux problèmes posés par l’emboîtement des échelles et des niveaux de gouvernance (Fairbass et Jordan, 2004). Le deuxième objectif consiste à analyser les dispositifs et outils participatifs (modélisation participative pour la concertation) inclus dans l’action publique pour la conservation des zones côtières afin de mesurer l’ampleur des recompositions au sein des jeux d’acteurs territoriaux notamment lorsqu’il s’agit d’évaluer la durabilité des politiques et des territoires.
Un littoral attractif accueille également plus d’usagers que d’habitants. Ces populations aux mobilités tantôt choisies (touristes, résidents secondaires) tantôt subies (populations périurbaines habitant l’arrière-pays) "naviguent" ainsi d’un territoire à un autre (Vanier, 2008) selon des rythmes et des temporalités variables. Cette plasticité temporelle et spatiale des territoires vécus contraste avec la relative rigidité des périmètres de l’action publique tant sur terre qu’en mer, ces derniers étant construits souvent en fonction des stratégies politiques. Il s’agira ainsi d’approfondir l’analyse de ce décalage entre territoire(s) de l’usager et territoire du gestionnaire d’autant plus qu’il permet également de mieux appréhender les modalités de l’évolution de la ville littorale.
Les programmes de recherche associés à cet axe sont :
- SCALES
- Qualiplages

publie le mardi 24 septembre 2013