Annuaire > Pillet Valentin

Thèse de doctorat (2016-2019)
Ecole doctorale Gay Lussac de l’Université de La Rochelle
Formation d’origine :
Master Sciences Pour l’Environnement (géographie appliquée à la gestion des littoraux) 2014-2016

(2016-2019) Elaboration de modèles d’évolution morphologique d’îles coralliennes de l’océan Pacifique

Mots clés : Atolls, géomorphologie littorale, changements environnementaux, risques liés à la mer, impacts des événements météo-marins extrêmes, Polynésie française, petites îles
Responsables scientifiques :
-  Virginie Duvat, Professeure de géographie, Université de La Rochelle, UMR LIENSs 7266
Financement : ANR STORISK (ANR-15-CE03-0003)



Elaboration de modèles d’évolution morphologique d’îles coralliennes de l’océan Pacifique
Les caractéristiques morphologiques (altitude < 4 m) et écologiques (faible diversité faunistique et floristique) des îles coralliennes en font des territoires très vulnérables aux évolutions climatiques et océaniques. Les changements environnementaux en cours, contrôlés par des processus globaux à locaux, posent la question du devenir de ces îles et de leurs habitants dans le futur. L’élévation du niveau de la mer, l’intensification des événements météo-marins les plus intenses et l’anthropisation grandissante de ces espaces accroissent leur vulnérabilité aux pressions météo-marines. Dans ce contexte, l’enjeu de cette thèse est d’abord d’accroitre l’échantillon statistique des îles coralliennes connues à ce jour, afin d’apporter des éléments de réponse à la controverse scientifique actuelle sur leur potentielle disparition au cours des prochaines décennies. Pour cela, cette thèse s’appuie sur l’étude pluri-décennale de l’évolution de la position du trait de côte d’îles de l’archipel encore peu étudié des Tuamotu, en s’attachant à évaluer les rôles respectifs des facteurs de contrôle naturels et anthropiques dans les évolutions observées. Sur cette base, il s’agira de construire des modèles d’évolution morphologique passés (1960-Actuel) qui serviront de base pour l’élaboration de scénarios d’évolution futurs (Actuel-2050).
Erosion côte lagonaire

L’atoll de Takaroa, dans l’archipel des Tuamotu (Polynésie française), a été fortement perturbé par les activités anthropiques au cours de ces dernières décennies. Ces perturbations, associées à de multiples facteurs d’évolutions, entraînent localement un recul progressif des côtes lagonaires. Les cocotiers déracinés et l’absence de plage sur cette image témoignent de ce recul du trait de côte.

Takaroa

Les atolls des Tuamotu n’émergent que de quelques mètres au-dessus du niveau de la mer.


Principales collaborations :

  • Equipes membres du projet STORISK, et en particulier le BRGM, l’UMR LETG 6554 Geophen-Université de Caen Normandie, l’USR 3278 PSL EPHE-CNRS-UPVD, CRIOBE, Labex Corail, et l’EPHE de Dinard.

Publications :

  • DUVAT V., PILLET V., 2017. Shoreline changes in reef islands of the Central Pacific : Takapoto Atoll, Northern Tuamotu, French Polynesia. Geomorphology, 282 : 96-118. doi : 10.1016/j.geomorph.2017.01.002

Activités d’enseignement :

  • Enseignement en SIG à l’Université de La Rochelle (Master 2)