Annuaire > Carpentier Jérémy

Thèse de doctorat 2017-2020
Ecole doctorale Sciences pour l’Environnement Gay Lussac
Formation d’origine :
Master Sciences de l’Ingénieur Parcours Biochimie à l’Université de La Rochelle, 2014-2016
Licence Sciences de l’Ingénieur Parcours biotechnologies à l’Université de Bretagne Sud Lorient, 2011 -2014

(2017-2020) Elaboration de systèmes d’encapsulation à libération contrôlée d’actifs à partir de biopolymères naturels d’origine végétale terrestre ou marine

Mots clés : Microencapsulation, protection, libération contrôlée, biopolymères, végétal, marin
Responsables scientifiques :
-  Thierry MAUGARD, Professeur des Universités, Université de La Rochelle, LIENSs UMR 7266, Directeur de thèse
-  Jean-Eudes VENDEVILLE, Directeur scientifique, IDCAPS
-  Carine CHAIGNEAU, Chef de projet, IDCAPS
Financement : Entreprise INNOV’IA / IDCAPS



Elaboration de systèmes d’encapsulation à libération contrôlée d’actifs à partir de biopolymères naturels d’origine végétale terrestre ou marine.
Les technologies d’encapsulation prennent de plus en plus d’importance avec le développement d’ingrédients fonctionnels applicables aux domaines de l’alimentation et de la santé. La microencapsulation permet notamment la protection d’un actif contre le milieu environnant, d’assurer sa stabilité, de préserver ses fonctionnalités ou encore de maîtriser son profil de libération. Appliquée plus particulièrement à la santé, l’encapsulation d’un actif permet son administration orale et d’assurer sa biodisponibilité à l’organisme considéré. La société INNOV’IA et sa filiale Recherche et développement IDCAPS, à l’origine de cette thèse, proposent des solutions dans la protection d’actifs hydrosolubles ou liposolubles. Toutefois, des difficultés persistent sur la maîtrise de la libération contrôlée de principes actifs et une demande croissante est rencontrée sur le développement de ces systèmes de libération. D’autre part, le contexte actuel éco-responsable conduit à des demandes de composés renouvelables et biodégradables. Dans ce contexte, ce projet propose de développer des formulations à base de biopolymères végétales d’origine terrestre ou marine pour l’encapsulation d’actifs hydrosolubles ou liposolubles avec pour objectif la protection et la libération contrôlée en fonction du milieu dans des systèmes complexes. Cette thèse vise à mettre en avant les premières recherches réalisées par le docteur Nicolas Joguet au cours de sa thèse avec l’entreprise INNOV’IA et élargir le champ d’investigation aux biopolymères végétaux issus du monde marin. Les formulations devront répondre à un cahier des charges précis incluant le respect de la chimie verte, le développement éco-responsable par la sélection de polymères renouvelables et biodégradables, mais également l’élaboration de procédés économiquement viables et industrialisables. Cette thèse s’articulera par l’élaboration d’une cartographie de différentes sources de biopolymères d’origine végétale terrestre et marine. Des formulations d’encapsulation seront mises en œuvre à partir de ces biopolymères en vue de la production de microcapsules permettant une protection et une libération contrôlée. Enfin, ces microcapsules seront caractérisées de manière structurale et leur profil de libération étudié.


Principales collaborations :
Société IDCAPS, filiale R&D d’INNOV’IA