Duquesne Amélie

Thèse de doctorat (2017-2020)
Ecole doctorale Sciences pour l’Environnement « Gay Lussac »
Formation d’origine :
Licence Géographie, Université de La Rochelle, 2012-2015 / Master Sciences Pour l’Environnement Spécialité Géographie appliquée à la gestion des littoraux, Université de La Rochelle, 2015-2017

(2017-2020) Fonctionnement hydrogéomorphologique d’un fleuve à faible énergie : le fleuve Charente entre Angoulême et Saintes au cours du dernier millénaire.

Mots clés : géomorphologie fluviale, géohistoire des paysages, fleuve Charente, hydrosystème, inondation, restauration des cours d’eau, SIG

Responsables scientifiques :
-  Jean-Michel CAROZZA, Professeur des Universités, Université de La Rochelle, LIENSs UMR 7266
-  Vivien MATHE, Maître de conférence, Université de La Rochelle, LIENSs UMR 7266
Financement : Région Poitou-Charentes



Fonctionnement hydrogéomorphologique d’un fleuve à faible énergie : le fleuve Charente entre Angoulême et Saintes au cours du dernier millénaire.
« La réponse des cours d’eau à faible énergie et peu mobiles face aux forçages anthropiques et climatiques fait jusqu’à présent l’objet de peu de travaux scientifiques. L’enjeu est aujourd’hui de comprendre comment les facteurs anthropiques et climatiques jouent un rôle dans le développement actuel de ces cours d’eau afin d’aider à leur gestion en particulier dans le cadre des politiques de désaménagement. Dans ce contexte, cette thèse porte sur l’étude du fonctionnement hydrogéomorphologique d’un segment fluvial de la Charente compris entre Angoulême et Saintes au cours du dernier millénaire. L’objectif principal est de reconstituer la trajectoire d’évolution du fleuve Charente entre Angoulême et Saintes sur une échelle de temps pluriséculaire en identifiant la part des facteurs de contrôle de nature anthropique et climatique dans son évolution à travers une approche multi-sources. L’intérêt de ce travail de recherche repose sur le croisement de données géohistoriques et de données de terrain. L’approche géohistorique consiste à réaliser une analyse qualitative et quantitative de documents iconographiques (cartes anciennes, plans, coupes d’ouvrage, cartes postales et photographies aériennes) et textuels (mémoires, rapports des ingénieurs des Ponts et Chaussées, plaintes de riverains du fleuve, articles de la presse locale). Elle sera ensuite complétée par une approche de terrain concrétisée par la réalisation d’une série de carottages permettant d’inclure la dimension verticale jusque-là absente des données géohistoriques et d’aller au-delà de la période couverte par les sources iconographiques et textuelles. Cette méthode de recherche implique ainsi une approche scientifique interdisciplinaire et une démarche collaborative associant chercheurs et acteurs locaux. »


Principales collaborations :
  • EPTB Charente, DDT Charente, DDTM Charente-Maritime, Archives Départementales de la Charente-Maritime, Archives Départementales de la Charente, Archives municipales de Saintes, Cognac et Angoulême