Haguet Quentin

Thèse de doctorat (2018-2021)
Ecole doctorale de l’Université de La Rochelle EUCLIDE
Formation d’origine : Master Sciences, Technologies, Santé, mention Biotechnologies, parcours Biochimie, 2015-2017

(2018-2021) Modification par bioconversion de molécules provenant de principes actifs d’origine naturelle, pour le développement de nouveaux traitements potentiels du diabète de type 2, de l’obésité et/ou de la NAFLD/NASH

Mots clés : Biotransformation, Extraits végétaux, Maladies cardio-métaboliques
Responsables scientifiques :
-  Thierry MAUGARD, Professeur des universités, Université de La Rochelle, CNRS, LIENSs UMR 7266
-  Pascal SIRVENT, Directeur de la Discovery, de la Recherche Préclinique et Translationnelle, VALBIOTIS
-  Sébastien PELTIER, CEO, VALBIOTIS
Financement : Association ADERA, Société VALBIOTIS



Modification par bioconversion de molécules provenant de principes actifs d’origine naturelle, pour le développement de nouveaux traitements potentiels du diabète de type 2, de l’obésité et/ou de la NAFLD/NASH
Les maladies métaboliques constituent une épidémie grandissante à l’échelle du monde. Ces pathologies – diabète de type 2, NASH (stéatohépatite non-alcoolique), obésité et dyslipidémies – sont principalement liées à l’adoption d’un mode de vie déséquilibré, marqué par des apports caloriques trop importants, une nourriture trop grasse et/ou trop sucrée, souvent associés à un manque d’activité physique et sportive.

Contre les maladies métaboliques, les plantes constituent une ressource de valeur. Véritables usines chimiques, elles synthétisent des molécules très variées (sucres, acides aminés, composés phénoliques, terpènes, stéroïdes, etc.) dont les effets physiologiques présentent un intérêt pour la santé humaine. Administrés chez l’Homme, les extraits végétaux exercent ainsi naturellement une action « multi-cibles », pertinente pour lutter contre des désordres métaboliques qui impliquent plusieurs organes.

Il est possible d’améliorer l’efficacité de ces molécules naturelles par la pharmacomodulation, une opération courante qui vise à modifier la structure de molécules « natives ». Lorsqu’elle est réalisée par voie chimique, cette opération présente des inconvénients (génération de déchets, toxicités, faibles rendements). A l’inverse, la pharmacomodulation par bioconversion, au moyen de catalyseurs d’origine biologique, présente de nombreux avantages, tels qu’une meilleure sélectivité, et l’utilisation de solvants et réactifs « green ».

Dans ce contexte, ce projet de recherche a pour objectif la modification de principes actifs d’origine naturelle, issus d’extraits végétaux qui ont déjà démontré leur intérêt pour prévenir ou lutter contre les maladies métaboliques. Différents types de biocatalyseurs seront utilisés pour cette bioconversion. Les produits qui en résulteront seront ensuite testés sur différentes cibles in vitro et/ou in vivo, liées à ces pathologies.



Principales collaborations :
  • Société VALBIOTIS, La Rochelle