Kohler Pacino Mireia

Thèse de doctorat (2020-2023)
Ecole doctorale de l’Université de La Rochelle
Formation d’origine :
Master Dynamique des Ecosystèmes Aquatiques, Université de Pau et des Pays de l’Adour (2018-2020)

La faune piscicole des marais côtiers des Pertuis charentais face à l’aléa de submersion marine : caractérisation, fonctionnement écologique et fonction patrimoniale (2020-2023)

Mots clés : ichtyofaune, marais littoraux, fonctionnalités, patrimoine naturel, submersion

Responsables scientifiques :
Elodie Réveillac, Maître de Conférences, Université de La Rochelle, LIENSs UMR 7266
Nicolas Bécu, Chercheur, CR CNRS UMR LIENSs La Rochelle
Marie Vagner, CR CNRS UMR LEMAR Brest

Financement La Rochelle Université - Communauté d’Agglomérations de La Rochelle


L’ichtyofaune des marais côtiers des Pertuis charentais face à l’aléa de submersion marine : caractérisation, fonctionnement écologique et fonction patrimoniale
Ma thèse s’adosse principalement à l’ANR PRC PAMPAS, projet interdisciplinaire, qui vise à lever un verrou dans la compréhension du devenir des zones humides côtières et de leur gestion, en se focalisant sur l’évolution de l’identité patrimoniale des marais des Pertuis Charentais en réponse aux submersions marines. https://pampas.recherche.univ-lr.fr/presentation-du-projet/
Je m’inscris également dans le projet La Rochelle Territoire Zéro Carbone (TIGA LRTZC), qui ambitionne d’évaluer et de suivre la captation du carbone par les zones humides (littoral et marais) le long du continuum océan-vasières intertidales-marais retro-littoraux, et d’intégrer cette fonction dans les stratégies de gestion futures de ces territoires. https://www.larochelle.fr/actualites/les-grands-projets-2/la-rochelle-territoire-zero-carbone
Les marais côtiers sont des habitats stratégiques à l’interface terre-mer en raison de leur forte productivité biologique soumise à d’importantes et diverses pressions environnementales et anthropiques. Ma thèse vise, dans ce contexte, à caractériser la composante naturelle patrimoniale des marais côtiers des Pertuis charentais et son évolution face à l’aléa submersion marine, en se focalisant sur un compartiment biotique clé de la biodiversité et du fonctionnement de l’écosystème, et à l’origine de nombreux services écosystémiques (pêche, tourisme, séquestration et flux de carbone) : l’ichtyofaune des marais (Holmlund and Hammer 1999, Cattrijsse and Hampel, 2006, Wilson et al. 2009).
Trois sites d’étude sont considérés en raison de leurs profils contrastés : Le marais du Fier d’Ars sur l’Ile-de-Ré protégé par un endiguement fort, haut lieu touristique aux attraits paysager et faunistique où s’exercent des activités traditionnelles restaurées de conchyliculture et de saliculture (Bourdu et al. 2009) ; le marais urbain de Tasdon, protégé sur l’arrière-côte, qui est en cours de mutation avec un programme de renaturation et de reconnexion partielle à la mer et d’une valorisation d’une « nature en ville » ; le marais de Brouage, site à forte valeur patrimoniale naturelle, paysagère et culturelle où le choix entre une stratégie de défense (y compris au sein de la Réserve Naturelle) ou de laisser-faire (Przyluski et Hallegatte 2013) est actuellement discutée.

Mon travail se décline en 3 grands objectifs :

  • Objectif 1 - Caractériser le rôle fonctionnel des marais côtiers pour l’ichtyofaune en lien avec leur mode de gestion
    - Par inventaires spécifiques in-situ pour caractériser les assemblages spécifiques, et par analyses biométriques fonctionnelles (morphométrie, condition) et biologiques (isotopes stables, bilan C) pour caractériser l’utilisation de la mosaïque d’habitats par les différentes guildes écologiques.
  • Objectif 2 – Étudier la modulation de la fonctionnalité des marais pour l’ichtyofaune en cas de submersion marine ou de modification du mode de gestion
    - Par expérimentation en mésocosme semi-naturel et par suivi en situation réelle sur un marais en cours de renaturation
  • Objectif 3 – Étudier les perceptions que les usagers ont des relations entre les marais et les communautés de poissons pour participer à l’identification des trajectoires potentielles d’évolution de l’identité patrimoniale de ces marais au regard de leurs fonctions écologiques des marais pour l’ichtyofaune
    - Par enquêtes et entretiens semi-dirigés réalisés auprès des usagers des marais côtiers