Mondo Mélanie

Thèse de doctorat (2018-2021)
Ecole doctorale de l’Université de La Rochelle
Formation d’origine :
Master Géographies Numériques (Université Jean Monnet – Saint-Étienne, Université Lumière Lyon II, École Normale Supérieure de Lyon) (2016-2018)

(2018-2021) Analyse et interprétation des traces numériques à dimension spatiale dans une perspective d’aide à la gestion des villes touristiques atlantiques

Mots clés : traces géonumériques, pratiques touristiques, spatialité, ville touristique, méthode mixte, littoral atlantique
Responsables scientifiques :
-  Didier VYE, Maître de Conférences, Université de La Rochelle, LIENSs UMR 7266
-  Luc VACHER, Maître de Conférences HDR, Université de La Rochelle, LIENSs, UMR 7266
-  Matthieu NOUCHER, Chargé de Recherche, CNRS, Laboratoire PASSAGES, UMR 5319
Financement : Région Nouvelle-Aquitaine



Traces géonumériques et dimensions spatiales des pratiques de la ville touristique
Les traces numériques peuvent être pensées comme des empreintes laissées derrière soi, volontairement ou non. Elles sont « géonumériques » lorsqu’elles portent une information géographique, qu’elle soit explicite ou non. La prolifération de ces traces géonumériques fait émerger diverses promesses et attentes pour l’étude des villes touristiques. Ces traces permettraient d’observer les pratiques spatiales des visiteurs, et ainsi pallieraient le manque d’informations sur ces dernières à l’échelle urbaine. Cette manne de données permettrait de répondre aux besoins d’observation du territoire pour les gestionnaires, tant à une échelle spatiale fine, directement au niveau de l’individu, qu’à une échelle plus large avec l’agrégation des données pour une surveillance en temps réel et continue de la ville.
 
Dans cette thèse de géographie, je cherche à comprendre les promesses associées aux traces géonumériques pour la compréhension des pratiques spatiales de la ville touristique, et ainsi questionner l’apport supposé de ces traces en les éprouvant sur deux villes touristiques emblématiques du littoral aquitain : Biarritz et La Rochelle.
 
En mobilisant plusieurs types de données, je propose une visualisation d’un espace-temps des pratiques touristiques dans ces villes. Ainsi, je pourrais discuter des apports et limites du recours à ce type de données pour mettre en lumière les décalages entre les résultats et les attentes générées par les promesses.
 
Cette thèse fait partie d’un projet financé par la Région Nouvelle-Aquitaine qui vise à proposer un Dispositif d’Analyse des Traces Numériques pour la valorisation des Territoires Touristiques (DA3T).

Activités d’enseignement :

  • 2019-2020 : TD Approches géographiques du monde actuel (L1 Géographie)