Mazière Camille

Thèse de doctorat (2018-2021)
Ecole doctorale Collège STEE de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et Ecole doctorale de l’Université de La Rochelle (en co-direction)
Formation d’origine :
Master Chimie et Sciences du Vivant (Université de Pau et des Pays de l’Adour), 2016-2018

(2018-2021) Exploration et exploitation des tapis microbiens en région Nouvelle-Aquitaine

Mots clés : tapis microbiens, changements globaux, suivi saisonnier, écologie microbienne
Responsables scientifiques :
-  Christine DUPUY, Professeur, Université de La Rochelle, LIENSs UMR 7266
-  Robert DURAN, Professeur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, IPREM UMR 5254

Financement : E2S (Université de Pau et des Pays de l’Adour) et financement de la région Nouvelle-Aquitaine



Exploration et exploitation des tapis microbiens en région Nouvelle-Aquitaine

Les tapis microbiens sont des structures microbiennes très complexes renfermant une grande diversité de microorganismes et de métabolismes, stratifiés verticalement le long de nombreux gradients. Cependant malgré cette apparente séparation, de nombreuses interactions entre les différentes communautés ont lieu, permettant ainsi d’observer la majorité des processus microbiens au sein d’un même écosystème. De plus, les tapis microbiens sont des systèmes facilement manipulables. Ils sont donc adéquats pour être utilisés comme modèles d’étude. Ils réagissent rapidement à leur environnement et aux changements qui peuvent y avoir lieu. Cela peut se traduire de différentes manières telles que l’adaptation, la résilience voire la disparition de certaines communautés.

Dans un premier temps un suivi saisonnier des tapis microbiens de marais salants de l’île de Ré sera effectué permettant d’étudier deux stations différentes, l’une dans un marais salant exploité et l’autre dans un marais salant non exploité. En parallèle les changements climatiques prévus par le GIEC pour 2100 (GIEC, 2014) seront simulés sur les tapis microbiens de la station non exploitée. Les populations bactériennes, archéennes, les virus, la méiofaune etc. seront suivis. Des mesures physico-chimiques (pH, température, potentiel redox, salinité, O2…) seront aussi effectuées ainsi que des analyses biologiques réalisées (chlorophylle, acides gras…).

Principales collaborations :

  • Edouard Metzger, LPG-BIAF
  • Cédric Hubas, UMR BOREA