TIREX


ANR OURAGANS TIREX

Transfert des apprentIssages de Retours d’EXpériences scientifiques pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique (Petites Antilles du Nord - saison cyclonique 2017)
(2018-2021)

  • Coordonnateur : Frédéric Léone, Professeur de géographie, GRED (Université de Montpellier 3-IRD)
  • Chercheurs de LIENSs impliqués :Virginie DUVAT, Professeur de géographie
    Valentin PILLET, Doctorant en géographie
    Natacha VOLTO, Ingénieure d’étude en traitement, analyse et représentation de l’information spatiale
  • Partenaires extérieurs :
    Partenaires scientifiques : UMR GRED Université Paul Valéry Montpellier 3-IRD, UMR LGP 8591 Université Paris 1-CNRS, UMR 8053 LC2S Université des Antilles-CNRS, EA 4539 LARGE Université des Antilles, Météo-France Direction Interrégionale Antilles-Guyane, CCR
    Principaux acteurs partenaires : représentants des services de l’Etat et des Collectivités d’Outre-Mer de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, UICN-France (programmes Outre-Mer et Ecosystèmes)
  • Organismes financeurs :
    ANR, AAP OURAGANS 2017
  • Mots-clés : Cyclones, Antilles, systèmes sédimentaires, gestion des risques, solutions basées sur la nature, adaptation au changement climatique

Présentation et objectifs du projet

Le projet TIREX est organisé en 5 tâches qui mobilisent des compétences en géographie des risques, analyse spatiale, géomorphologie, sciences politiques, de l’information et de la communication, sociologie, médiation scientifique, physique de l’atmosphère, modélisation et climatologie. La Tâche 1, consacrée aux Trajectoires de Vulnérabilité , aborde les facteurs et dynamiques de production du risque et de la catastrophe. Les principaux Impacts des cyclones et les phénomènes associés sont étudiés dans la Tâche 2, à partir d’observations de terrain, de modélisation numérique, et d’un travail de cartographie et d’analyse statistique en économie. Un suivi permettra d’évaluer la Capacité de réajustement des morpho-éco-socio-systèmes côtiers étudiés. La Tâche 3 est dédiée à la Reconstitution de la gestion de crise et aux trajectoires de reconstruction territoriale selon plusieurs points de vue (populations, institutions) afin d’acquérir les connaissances nécessaires à une remise en question éventuelle des modes de gestion (freins, lacunes, interactions, seuils de basculement, points de réussite). Elle s’attache à comprendre les réponses individuelles et collectives en situation de crise et à évaluer les capacités de récupération des systèmes institutionnels et des populations à moyen et long terme. La Tâche 4 comporte une dimension pré-opérationnelle d’accompagnement des acteurs de la gestion des risques et de la reconstruction, populations comprises, via le transfert, la réflexivité et la mise en pratique des résultats. Elle constitue une phase de consolidation, dissémination et valorisation des résultats du projet adaptée au contexte culturel et géographique des territoires ciblés.
L’UMR LIENSs est impliquée dans les tâches 1, 2 et 4. Ses chercheurs travaillent sur Saint-Martin, Saint-Barthélemy, les Iles Vierges Britanniques (Tortola, Anegada) et Anguilla.

Principaux résultats attendus

L’UMR LIENSs contribuera à produire les résultats suivants :

Tâche 1 - Trajectoires de vulnérabilité territoriales 1950-2017 (coord. GRED)

  • Analyse des facteurs politico-institutionnels, juridiques, démographiques et socio-spatiaux de la vulnérabilité, et de leur évolution
  • Evaluation de la contribution des changements environnementaux à l’évolution de la vulnérabilité

Tâche 2 - Impacts et résiliences des environnements côtiers (coord. LIENSs & LARGE)

  • Évaluation des impacts des cyclones sur les éco-morpho-socio-systèmes côtiers et réajustement post-cyclone de ces systèmes à différents pas de temps
  • Mise au point d’une typologie des systèmes côtiers en fonction des facteurs de contrôle de leur réponse aux cyclones
    Figure 1. Impacts des cyclones de septembre 2017 sur les plages de l’île de Saint-Martin.
    Ces cyclones ont engendré un recul marqué de la ligne de stabilité (ligne de végétation ou limite des constructions en dur, selon les sites), en particulier sur la façade nord-est de l’île, la plus exposée. Ils ont cependant été à l’origine de dépôts sédimentaires importants à la fois sur les arrières-plages et sur certaines plages, comme celles du nord-est, qui ont gagné par endroits plus de 1,60 m d’épaisseur.
    Figure 2. Impacts des cyclones de septembre 2017 sur le système cordon-lagune de Gibb’s Bay.
    Les vagues générées par les cyclones de septembre 2017 ont érodé et submergé le cordon sableux de Gibb’s Bay, transférant d’importantes quantités de sédiments vers la lagune. En résultat, le cordon sableux a migré vers les terres.

    Tâche 4 - Consolidation des outils de transfert des apprentissages du RETEX (coord. LC2S & GRED)

  • Élaboration d’un guide pour une reconstruction territoriale et préventive en contexte de changement climatique (coord. LGP & LIENSs)

Publications

Articles publiés dans des revues scientifiques :

Communications dans des colloques :

  • Pillet V., Duvat V.K.E., Post-cyclone readjustment of beaches on Saint-Barthélemy Island (Lesser Antilles). Littoral 2018, Octobre 2018, Leeuwareden, Netherlands.
  • Pillet V., Duvat V.K.E., Impacts des cyclones Irma, José et Maria (Septembre 2017) sur les systèmes sédimentaires côtiers de l’île de Saint-Barthélemy. Géorisques, Janvier 2018, Montpellier, France
publie le lundi 19 novembre 2018