Objectifs scientifiques

L’équipe AMARE vise à apporter, à l’aide d’organismes modèles, une vision intégrative des processus adaptatifs en milieu littoral à la variabilité environnementale, en cherchant à :
- Caractériser les réponses transcriptionnelles, physiologiques & comportementales
- Comprendre comment ces réponses se répercutent de l’individu à la population
- Apporter des éléments de compréhension sur l’acclimatation & les capacités adaptatives des organismes à différentes échelles d’intégration dans un contexte de changement global

Ces questions sont remises dans un contexte environnemental, tenant compte de l’importance des facteurs abiotiques (e.g. température), biotiques (e.g. stade ontogénique) et écologiques (e.g. variations spatio-temporelles, changement de la structure et du fonctionnement trophique de l’écosystème).

L’équipe AMARE se décline en trois axes de recherche :
- Axe 1 : Performances physiologiques & comportementales des animaux en réponse aux variations environnementales
- Axe 2 : Mécanismes adaptatifs des populations
- Axe 3 : Influence des contaminants sur les organismes des milieux littoraux

En proposant une interaction pertinente entre la modélisation et les expérimentations biologiques en laboratoire et en milieu naturel, les quatre défis AMARE visent à (1) Caractériser les réponses transcriptionnelles, physiologiques & comportementales des animaux marins face aux variations environnementales (Défis 1 à 4) ; (2) Intégrer les réponses de l’individu à la population (i) en étudiant les bases génétiques des mécanismes adaptatifs (flux de gènes & signatures moléculaires de la sélection) (Défi 2) et (ii) en liant les réponses individuelles aux traits démographiques (croissance, reproduction et survie) (Défis 1 à 4). Par ailleurs, les animaux marins jouent un rôle de vecteur biotique et peuvent être utilisés comme témoins de la qualité de l’environnement qu’ils occupent. Dans ce cadre, AMARE s’intéresse à (1) Estimer le rôle des organismes dans le transfert et la dispersion des contaminants dans le biota (Défi 3) & (2) Développer et utiliser des biomarqueurs / bioindicateurs pour appréhender les variations spatio-temporelles de la qualité du milieu (Défis 1 & 3).

publie le mardi 29 mai 2018