Accueil

Plateforme Drones aériens, marins et télédétection

Depuis quelques années, l’utilisation des drones se généralise pour réaliser des observations du territoire. Les drones aériens sont les plus couramment utilisés, en particulier pour l’étude du littoral. Les drones sont également couramment utilisés en domaine marin profond.
Les drones marins de surface sont plus rares mais commencent à se développer. L’Université de La Rochelle dispose d’un drone de surface pour l’exploration littorale depuis 2018. Comme les drones aériens décrits ci-après, ce drone marin (PAMELI : Plateforme Autonome Multicapteurs pour l’Exploration du Littoral) est disponible pour des prestations d’acquisition de données.

Les drones aériens

Le drone aérien permet l’acquisition d’information à très haute résolution spatiale avec la possibilité d’avoir une répétitivité temporelle élevée. La production d’une ortho mosaïque et d’un modèle numérique de surface (MNS) sont les deux principaux produits générés par les drones aériens et permettent le suivi de phénomènes spatio-temporels.
Sur le littoral, la méthodologie et le protocole d’acquisition ont été développés lors des projets de recherche ANR DYNAMO puis EVEX (financé par une Chaire d’Excellence régionale). Le suivi de l’évolution topographique de la partie sud-ouest de l’Ile d’Oléron est ainsi réalisé depuis 2016.
Cette plateforme est installée à l’Université de La Rochelle, bâtiment Institut du Littoral et a été financée par l’ANR DYNAMO, la région Poitou-Charentes, le Contrat Plan-Etat-Région 2015-2020.

Le drone marin : PAMELI

Le littoral est un milieu complexe, dont l’évolution est soumise aux interactions entre différents facteurs physiques, chimiques, biologiques et humains. Le drone marin PAMELi (Plateforme Autonome Multicapteur pour l’Exploration du Littoral) est né du besoin d’observations répétées, co-localisées et simultanées de différentes disciplines, de la volonté de mutualiser les sorties terrain et enfin d’archiver et diffuser au plus grand nombre les données acquises.
PAMELi a été développé en grande partie dans le cadre de la composante RISCO du projet ECONAT, financé par la Région, avec pour objectif le suivi physico-chimique du littoral afin de mieux comprendre son évolution dans un contexte de changement climatique et de pression anthropique croissante.


Plus d’information sur le site pameli.recherche.univ-lr.fr

publie le jeudi 3 septembre 2020